Les Chakras, centres d’énergie

Roues, vortex, les chakras fonctionnent comme des carrefours d’énergie. Les nadis, canaux par lesquels circulent l’énergie ont leurs terminaisons au niveau des Chakras. Ils agissent aussi comme des interrupteurs reliés au cerveau. Chaque chakra a des qualités spécifiques. Ce sont également des portes d’entrée à toutes les enveloppes qui nous constituent :

Chakras et Nadis

5 enveloppes ( kosha) :

  •  Corps physique : anamya : corps de nourriture (asanas et alimentation)
  • Corps énergétique : Pranayama (le prana vient de l’extérieur)
  • Corps mental : manomaya (instinct : se protéger, se reproduire)
  • Corps de sagesse : vijnamaya (mu par sa propre conscience ; transcendance des émotions primaires)
  • Corps de félicité : anandamaya (extase, expériences profondes)

Les chakras vont agir sur ces 5 fourreaux , enveloppes.


Muladhara : Chakra racine : – 1er chakra


Enracinement  / Instinct de survie
Couleur = rouge
Bija mantra (son) = LAM
Elément : terre / pritvi
Chez l’homme, il se situe entre sexe et anus – Chez la femme au niveau du col de l’utérus, le périné
Sens : odorat
Organe de connaissance : nez
Organe action : anus
Dieu : Shri Ganesha
Glandes : surrénales Chakra le plus haut chez l’animal
Kchetram / Correspondance frontale :
Animal : éléphant

Satviques : bases solides/ être stable et en sécurité. / sentiment de sécurité / gain d’argent pour aider les autres.
Rajjasiques : sur-génité, avidité matérielle .
Tamasique : inertie, craintes / peur

Asanas : Sukasana / padmasanaVirabhadrasana I : ancrage fort / connexion à la terre

 2 –Svadisthana – chakra sacré – 2e chakra :


Reproductif  
Couleur = orange
Bija mantra (son) :  VAM
Elément  : eau : apas / jala
Kchetram /correspondance frontale : pubis / Sacrum
Animal : crocodile
Sens : goût
Organes d’action : sexuels
Dieu : Vishnou / Shri Brahma

Satvique : joie de vivre ; sérénité, empathie
Rajjasique : addiction sexuelle / dépensier
Tamasique : grande dépression

Asanas : Baddha Konasana, bujangasana

3 – Manipura : Chakra du nombril / Chakra du Plexus solaire –  3e chakra :


Emotivité 
Sphère digestive : foie, intestins
Couleur = jaune
Bija / Mantra (son) : RAM
Elément = feu / Agni
Kchetram /correspondance frontale : nombril
Animal : bélier
Sens : vue
Organe d’action : yeux
Dieu : Rudra longévité / Shri Vishnu

Chakra de la santé, il régule l’activité et stimule les organes.
Quand la kundalini est montée jusqu’à Manipura, elle ne redescend plus. Quand les 2 premiers chakras sont englués dans problèmes émotionels, avec Manipura, les problèmes sont transcendés.

Satvique : énergie, volonté, accomplissement
Rajjasique : mouvement, dominant, agressivité
Tamasique : santé médiocre, manque de motivation ; timidité, passivité

Asanas : Navasana / matsyendrasana (torsion),

4 – Anahata : Chakra du cœur – 4e chakra :

Amour universel et désintéressé : compassion / Création /
Sphère du coeur
Couleur = bleu ou vert
Bija  mantra : YAM
Elément = air / Vayu
Kchetram /correspondance frontale : plexus solaire
Animal : antilope :  vivacité/ rapidité
Sens : toucher
Organe d’action : main
Organe de connaissance : peau
Dieu : shiva et shakti : énergie et conscience

A partir de ce chakra on est plus guidé par ses intuitions, les trois chakras inférieurs sont plus guidés par les instincts, les croyances. Quand Anahata est ouvert, nous souhaits deviennent réalités, il faut donc faire attention à ses pensées car elles se réalisent !

Satvique : compatissant et amical,  travaille à avoir des rapports harmonieux.
Rajjasique : égoïsme / étouffement de l’autre.
Tamasique : froid et distant

Asanas : flexion arrières / Gomukasana / Ustrasana /

 5 – Vishuddha – Chakra de la gorge – 5e chakra :


chakra de la communication, du rapport aux autres. 
Sous chakra : soma
Couleur = violet
Bija mantra =  Ham
Elément  = éther / Akasa
Kchetram /correspondance : creux de la gorge
Animal : élephant blanc ( représente l’éther)
Sens : Ecoute / ouie
Organe de connaissance : oreille
Organe d’actions : gorges cordes vocales
Glande : tyroïde

Quand Vishuddha est purifié cela donne de grands orateurs. On cesse d’être dans les contradictions. On digère les poisons comme shiva. Quand le nectar d’immortalité descend et se dissout dans Manipura, si on travaille Vishuddha on préserve le nectar d’immortalité, on évite la dissolution du nectar dans Manipura. On laisse faire les choses sans les contraindre à notre goût.

Satvique : charismatique, influencent les foules
Rajjasique : bavardages, porte parole…
Tamasique : problème de communication, introverti

Asanas : Sarvangasana / Salambasana / Matsyasna + prananyama

6 – Ajna : Chakra du troisième œil – 6eme chakra


Intuition / visualisation / perspicacité/
chakra de la sphère mentale.
Bija mantra = Aum
Elément  = esprit / Manas
Organe de connaissance : mental
Glande : pinéale 
Reçoit la connaissance comme un sixième sens.
Centre des principaux nadis : Shushuma : Ida / pingala. Là ou les égos individués et cosmiques fusionnent, l’égo laisse place à l’âme. Point qui relie le maître et disciple. La communication se fait sans paroles.

Satvique : grand penseur / grand maître
Rajjasique : Beaucoup de réflexions / peu d’actions
Tamasique : piètre penseur.

Asanas : position de l’enfant front sur le sol.

 7 – Sahasrara – Chakra couronne 7eme chakra

Kchetram /correspondance : fontanelle.
Pas tout à fait un chakra, il représente la progression des chakras.  Il contient tous les potentiels des chakras. C’est la demeure de la conscience, comparable au Samhadi des Sutras.

La sagesse / un sentiment d’unité avec le monde. Quand ce chakra est ouvert, vous êtes sans préjugés et conscient du monde et de vous-même.

S’il est sous-actif, vous n’êtes pas très éveillé à la spiritualité. Votre pensée est probablement assez rigide.

Si ce chakra est sur-actif, vous intellectualisez probablement trop les choses. Vous pouvez être intoxiqué à la spiritualité et ignorez probablement vos besoins corporels.

Asanas : Sirsasana, Headstand…

Les Yoga Sutras

Les Yoga Sutras de Patanjanli sont le versant pratique ou incarné de la philosophie du Raja yoga ; le sâmkhya. Sutras veut dire «  versets » . Les Yoga Sutras sont la codification de la pratique du yoga.

Yoga-Sutras Patanjali 

Le texte se compose de quatre pāda (chapitres ou sections) et comprend 195 aphorismes (sūtra). Ces chapitres sont dans l’ordre :

  • 1 Samādhi pāda : la concentration qui conduit à la contemplation ( la quête de la grâce. )
  • 2 Sādhana pāda, chapitre de la pratique (spirituelle)
    2.1 Le kriyā yoga : méthode yogique utilisant la concentration et l’énergie par des actes de développement de la prise de conscience de soi : un effort soutenu, la conscience intérieure de soi, l’abandon à la volonté divine. 
    2.2 L’aṣṭāṅga yoga (ashtanga-yoga) ou les huit membres du yoga : yama: les règles de vie dans la relation aux autres ; niyama: les règles de vie dans la relation avec soi-même ; āsana: la posture ; prāṇāyāma: la respiration ; pratyāhāra: l’écoute sensorielle intérieure ; dhāraṇā: le pouvoir de concentration ; dhyāna: la méditation ; Samādhi: l’état d’unité. 
  • 3 Vibhūti pāda, chapitre des « pouvoirs » (siddhi)
  • 4 Kaivalya pāda, chapitre de « la libération » (yogique)

En ouverture les deux premiers sutras disent : 


1.1atha yogānuśāsanam :
« Maintenant, l’enseignement du yoga commence », 
1.2 yogaś cittavṛttinirodhaḥ : « le yoga consiste à suspendre l’activité psychique et mentale».

Le Sâmkhya,
socle philosophique du yoga

Présentation de la philosophie du Samkhaya

Troisième Darsana ou école de pensée hindouiste, le Sâmkhaya – ouvrage rédigé vers le 5eme siècle avant notre ère – analyse rationnellement la réalité.  Du travail individuel inspiré par le  Samkhaya peut alors surgir la libération du cycle des renaissances qui entretient la souffrance.

 Un monde fait de souffrances 

Le samkhya postule que le monde est fait de souffrances : souffrances physiques, souffrances psychiques. L’homme dans son grand désarroi pour contrer la souffrance qui l’anime souhaite ardemment  bonheur et éternité. Mais ses désirs se révèlent insatiables au point d’en oublier sa vraie nature, sa pure conscience ;  le Purusha enfoui sous les décombres de ses désirs insatisfaits.

Pour échapper à la souffrance, l’homme projette ses aspiration au bonheur dans la satisfaction de ses désirs imminents. Mais chaque désir soulagé l’incite à en satisfaire d’autres et progressivement l’homme s’aliène à ses désirs.  Comme  chaque action en ce monde entraîne une réaction, c’est la Roue de la Loi du Karma qui se met à tourner… Les passions et des désirs sont insatiables, sans fin. Et une vie ne suffit pas à remplir tous les désirs… alors, la croyance hindoue introduit la notion de réincarnation ! On revient pour jouir ou souffrir du fruit de nos actions dans nos vies passées.

Se libérer de la répétition

Selon le Sâmkhya, le bonheur, le vrai, consiste à sortir de la logique dans laquelle le mental agité de désirs plonge l’homme .

Pour cela il utilise le yoga,  une méthode de mise en pratique du Sâmkhya.

Le yogi apprend à observer son mental, tel un objet. Ce  travail introspectif lui apprend à se reconnecter avec son monde intérieur puis avec le monde extérieur. Il s’agit de mieux se connaître soi-même, en tentant de maîtriser son mental pour le reconnecter avec le monde extérieur .

A force de travail, il calme ses pensées et ses désirs. Il sort du brouillard généré par ses pensées non maîtrisées et part à la rencontre  à de lui-même, de sa vraie nature, celle qui demeure, sa conscience. C’est ce qu’on appelle dans le Samkhya, le retour à Purusha, à la Source. Il expérimente le contentement et devient un être libre, libéré des chaînes du karma, de la répétition.

Par ce travail, au final,  il rompt le cycle des Samsâra (les vies et les renaissances) et retrouve sa Pure Conscience.

Purusha et Prakriti

Les principes généraux du Samkhya : de la rencontre de la nature originelle la mulaprakriti ( origine de la nature) avec Purusha (la pure conscience) se déploient les 25 principes (tattvas) qui composent l’Univers et ont vu le jour successivement :

La prakriti : c’est l’univers manifesté, la matière primordiale :
composée de 3 qualités : les Gunas :

  • équilibre : sattva
  • dynamisme : rajja 
  • inertie : tamas.

L’organe interne ou appareil psychique (Antahkarana : principe d’individuation) qui est composé :

  • de l’intellect ou  la buddhi, premier principe produit par la Prakriti. La fonction principale de Buddhi est de discriminer entre le Purusa et la Prakriti. 
  • du principe d’individuation ou égo,  l’Ahamkara. dont découle deux évolutions parallèles : 
    • le mental : manas
    • les dix facultés : 
      • Les 5 organes de  perception, connaissance (jnanendriya) : l’oreille, la peau, l’œil, la langue, le nez.
      • 5 organes d’actions (karmendrias) : la main (pani), le pied (pada), l’anus(payu), les organes génitaux(upastha), la voix(vac)
  • les 5 éléments subtils (tanmatras) : le son, le toucher, la forme, la saveur, l’odeur  
  • les 5 éléments grossiers, les mahabhutas : Ether (akasa), l’Air (vayu) le Feu (agni, tejas), l’Eau (apas/ jal) et la Terre (pritvi).

Le vingt-cinquième principe est composé de purusa qui est indépendant des vingt-quatre autres.

La Sāṃkhyakārikā peut se diviser de la manière suivante : 

  • strophes 1 à 9 : introduction générale commençant par les trois sortes de souffrances;
  • strophes 10 à 21 : les attributs de Prakṛti et de Puruṣa.
  • strophes 22 à 38 : description du processus d’évolution de l’univers à partir de Prakṛti;
  • strophes 39 à 51 : théorie du corps subtil et de sa composition. Enumération des composantes ;
  • strophes 52 à 54 : les deux parties de la création : intellectuelle et matérielle et la prépondérance des gunas;
  • strophes 55 à 68 : description de la méthode de libération;
  • strophes 69 à 72 (ou 73) : conclusion.

Découpage de l’ouvrage : 

Quelle est la philosophie qui sous tend la pratique du yoga ?

les 8 membres du yoga

C’est une philosophie transformative dont le corps est le temple et où se déroule la transformation. 

Avec le raja  yoga (voir les autres yogas) , la conscience de son corps devient le support d’un mental apaisé apte à la méditation.

A l’origine, il y a deux ouvrages qui fonctionnent en binôme et sont le socle du Raja yoga :

  • Le sâmkhya, oeuvre philosophique et théorique qui date à peu près du 2eme siècle avant notre ère et…
  • Les Yoga Sutras de Patanjanli qui sont le versant pratique ou incarné de la philosophie du yoga. Sutras veut dire «  versets » . Les Yoga Sutras sont donc la codification de la pratique du yoga. Le yoga est une des émanations tardives de l’hindouisme. 

Plus tard, au 15 eme siècle un troisième ouvrage viendra terminer de codifier la pratique  :  Hata Yoga Pradipika.

Je vais parler ici plus précisément du socle :  le duo Samkhya et les Yoga Sutras qui sont pour toutes les pratiques de yoga actuelles, les piliers philosophiques et techniques.

Le postulat du Samkhya, c’est que nos vies sont jalonnées de souffrances : souffrances physiques et souffrances psychiques.

En voulant fuir la souffrance, l’homme va projeter son désir de bonheur dans dans la satisfaction de ses désirs, qu’il tente inlassablement  de satisfaire. Mais les désirs sont sans fin. Car un désirs satisfait enentreaîne un nouveau,  faisant vivre l’homme dans une frénésie et un inquiétude permanente, en quête d’un prochain désir à assouvir. C’est un puit sans fond.

Petite parenthèse :  dans la philosophie hindouiste, c’est ainsi qu’a commencé le phénomène des réincarnations :  le karma.

Chaque désir de l’homme soulagé, en entraîne un nouveau. Et c’est la Roue de la Loi du Karma qui se met à tourner pour l’homme…  Et comme une vie ne suffit pas à récolter les fruits de ses actions, (bonnes ou mauvaises), l’homme est condamné à revenir sur terre pour récolter les fruits de ses vies antérieures, bonnes ou mauvaises, c’est ce que les hindouistes nomment le karma !

La libération

 Le Samkhya propose de se libérer de cette répétition, de sortir de cette logique dans laquelle l’agitation du mental plonge l’homme.

Pour cela l’homme utilisera le yoga : 

Le yoga c’est donc une méthode de mise en pratique de la philosophie du Samkhya. Le Samkhya a la particularité d’analyser rationnellement la réalité, de la catégoriser. Dans le Samkhya, la conscience supérieure « Purusha »  et la nature « Prakriti » vont donner naissance à 25 principes actifs : les Tatvas. Ces 25 Tatvas sont comme autant de réalités de l’homme, que celui ci va apprendre à maîtriser.

Le yogi va donc commencer par observer son mental, apprendre à le connaître et tenter de le maîtriser.

A force de travail, il va calmer ses pensées et les désirs qui en découlent. 

Il va enfin expérimenter le contentement, se libérer des carcans, des dogmes, de la répétition  et qui sait peut-être… de la réincarnation !

On appelle ça :  rompre le cycle des Samsâra (les vies et les renaissances) pour retourner à la Pure Conscience, le Purusha.

Les Yoga Sutra (versets) de Pantanjali sont le livre de la mise en oeuvre du yoga : relation à soi, relations aux autres, pratiques des asanas, respirations. Les Sutras de patanjali sont indissociables du Samkhya et réciproquement !

D’où vient le yoga et combien de sortes en existe t’il ?

Le mot Yoga vient de la racine sanskrite YUG qui signifie lier, unir, attacher, atteler sous le joug…

En préambule, le yoga ne consiste pas uniquement en une pratique physique.

Le yoga des asanas (postures) est  un  yoga parmi d’autres et  il se nomme le Raja yoga. C’est lui  qui chapeaute tout le yoga physique fait de postures, de respirations et de méditation. Il se découpe en 4 pratiques majeures :

  • Prathyâra (la maîtrise des sens) 
  • Dhâranâ (la concentration)
  • Dhyâna (la méditation)
  • Samâdhi (l’extase)

Ensuite vient le Karma Yoga, le yoga de la bonne action si on peut dire. L’altruisme est une forme de yoga.

Puis vient le yoga de la dévotion,  de la prière, le Bakti Yoga, prières que l’on dédie à une divinité par exemple.

Et enfin le yoga de la connaissance, le Jnana Yoga basé sur l’étude des textes. 

Dites à un indien que vous faites du yoga et il vous demandera lequel ?
 Pas quelle pratique physique… mais bien quel yoga !

Mais concentrons nous sur le Raja Yoga, celui des asanas (postures).
 
Le raja yoga est découpé en deux grandes familles et leurs déclinaisons.

Il faut un peu remonter dans le temps pour comprendre comment le raja yoga s’est structuré et … décliné !

Le Raja yoga apparaît pour la première fois dans les Upanishinad, un des  ouvrages fondateurs de l’hindouisme, 800 ans avant notre ère. Mais c’est au 2ème siècle avant notre ère que le yoga des postures sera formalisé avec les Yoga Sutras de Patanjali versant pratique du Samkhya, son pendant philosophique qui postule que pour échapper à la  souffrance inhérente à l’homme, seul la connaissance et la maîtrise de soi peuvent l’y aider. 

Au 16ème siècle paraît Hata Yoga Pradipika qui formalisera la pratique.  Le Hata Yoga est donc l’ancêtre toujours vaillant du Raja yoga, le yoga postural. Il sera modélisé au début des années 1920 dans la version que nous pratiquons actuellement par KrishnaMachraya, universitaire et fondateur du yoga moderne.

On parle souvent du yoga comme d’une pratique millénaire, c’est en parti vrai,  sa naissance, son histoire est effectivement millénaire mais il faut souligner qu’il est tombé en désuétude durant plusieurs siècles. 

Car si le Hata Yoga Pradipika paraît au 17eme siècle et que des textes et des gravures attestent de sa pratique, dans les années 1900 lorsque un universitaire (KrishnaMachraya)  redécouvre cette pratique, seuls quelques brahmanes (moines hindous) le pratiquent.  Il sera celui par lequel le yoga renaîtra en Inde et dans son sillage en occident dans les années 1930.

Passionné par cette pratique le Marajah de Mysore sera l’élève de  Krishna Macharya et il l’incitera à  diffuser le yoga  en créant des écoles. Il confiera cette mission à ses élèves les plus proches. Ses fils :  Desikasar qui participera à la renaissance et à la diffusion du Hata Yoga et Sribhashyam installé à Nice dans les années 70 et enseignant fidèle des préceptes de son père.  Viennent ensuite Indra Devi, qui diffusera pendant plusieurs décennies le Yoga à Los Angeles puis en Amérique Latine. Puis Pattabi Joïs qui sera l’initiateur de l’Ashtanga Vinyasa, un yoga dynamique développé à partir d’un “mystérieux” manuscrit le “Yoga Korunta“et qui est composé de 3 séries fixes de postures réalisées en synchronisation avec le souffle. Le Vinyasa découlera de l’Ashtanga, tout en  gardant le dynamisme de la pratique, les séries seront écrites en fonction de thématiques choisies par le professeur.   Iyengar, le  beau frère de KrishnaMacharya créera lui un yoga thérapeutique qui porte son nom.

KrishnaMachraya est  l’initiateur du renouveau du yoga en Inde et de sa diffusion en occident. Il est pour ainsi dire le père du yoga moderne.

Plusieurs de ses élèves répartis autour du monde sont aujourd’hui les grandes références du yoga tel que nous le pratiquons.

Découlant  de ses pratiques,  le kundaluni, le jivamukti et autres déclinaisons qui épousent leur époque comme en leur temps l’ont fait l’Iyengar, L’ashtanga Vinyasa…